Journée Nationale des Transports urbains au Maroc

Actualité CODATU Lundi 16 Décembre 2013

Le Centre de Marseille pour l’Intégration en Méditerranée (CMI) a engagé depuis trois ans un important travail de renforcement des compétences des autorités nationales et locales méditerranéennes sur le thème de la mobilité urbaine. Après la conférence inaugurale de Damas, trois séminaires thématiques ont permis des échanges d’expériences entre les différents pays méditerranéens participants.

Pour la deuxième phase de ce programme financé et piloté par l’Agence Française de Développement, le CMI a souhaité organiser des journées nationales dans ses pays membres, afin d’être au plus près des préoccupations locales et nationales. Il vise, au travers d’une approche largement participative, à aborder des problématiques d’actualité prégnante dans le pays d’accueil des journées.

Après une première édition en Tunisie en décembre 2012, les Journées nationales marocaines du transport urbain (JNTU) se sont déroulées à Rabat les 23 et 24 septembre 2013, visant à dégager les grandes lignes d’une feuille de route pour un transport public urbain durable au Maroc. Leur ouverture a été marquée par le discours engagé de Monsieur le Ministre de l’intérieur qui a rappelé que « la problématique du transport public urbain constitue une question centrale à laquelle les pouvoirs publics doivent s’atteler et consacrer d’importants efforts pour assurer une meilleure mobilité des citoyens et améliorer l’attractivité et la compétitivité des villes » marocaines. Il a par ailleurs mis en exergue qu’il est du « devoir de l’Etat d’accompagner les collectivités territoriales sur le plan financier, mais également sur le plan du renforcement des capacités, dans l’objectif de doter nos agglomérations (…) d’un transport public performant ».

A travers l’analyse de l’évolution du transport urbain dans les deux métropoles de Rabat-Salé et Casablanca, étayée notamment par les témoignages des Maires de Rabat, Casablanca et Salé, les problématiques du cadre institutionnel mais aussi de la pérennité des mécanismes de financement ont été posées et débattues. Le consensus s’est focalisé sur le besoin fondamental de visibilité pour favoriser l’émergence d’un éco-système de la mobilité urbaine :

– Visibilité en termes de gouvernance: les rôles de chacun des acteurs doivent être clairement définis et les risques financiers liés à la mise en œuvre et à l’exploitation des services de transport public doivent être clairement répartis pour permettre à chacun d’assumer ses responsabilités et de développer ses compétences ;
– Visibilité en termes de financement : les conditions-cadre de financement (investissement, exploitation et maintenance) doivent être stabilisées pour planifier l’avenir et permettre l’investissement dans le long-terme dans l’ensemble des villes et agglomérations marocaines.

Programme Journées nationales sur le transport urbain durable au Maroc

 

Synthèse des Journées nationales sur le transport urbain durable au Maroc

Partenaires associés

Centre de Marseille pour l’Intégration en Méditerranée (CMI)

Le Centre de Marseille pour l’Intégration en Méditerranée (CMI) a pour objectif d’améliorer la convergence des politiques de développement durable par le biais d’une plate-forme d’échange de connaissances et d’apprentissage collectif.

Agence Française de Développement (AFD)

L’Agence Française de Développement (AFD) agit depuis soixante-dix ans pour lutter contre la pauvreté et  favoriser le développement dans les pays du Sud et dans l’Outre-mer. Au moyen de subventions, de prêts, de fonds de garantie ou de contrats de désendettement et de développement, elle finance des projets, des programmes et des études et accompagne ses partenaires du Sud dans le renforcement de leurs capacités.

Les transports constituent un secteur d’intervention traditionnel de l’AFD. Sur la période 2001-2005, l’Agence a mobilisé environ 164 M€ par an en moyenne pour la mise en œuvre de projets dans le secteur des transports (en incluant les projets de développement rural et urbain comportant des activités de transport).

CEREMA – Centre d’études et d’expertise sur les risques, l’environnement, la mobilité et l’aménagement

 Le Cerema (Centre d’études et d’expertise sur les risques, l’environnement, la mobilité et l’aménagement www.cerema.fr ), établissement public de l’Etat à caractère administratif, rassemble 3000 experts et agents et comprend 11 directions techniques et régionales qui couvrent tout le territoire français. Centre de ressources et d’expertise scientifique et technique interdisciplinaire, ses actions promeuvent un développement durable des territoires et une économie décarbonée. Ses thématiques principales concernent l’espace public et son aménagement, la mobilité et les infrastructures de transport, l’environnement, l’efficacité énergétique, la maîtrise des risques et le bien-être environnemental de la population.

A ce titre, le Cerema déploie une part importante de ses activités sur les problématiques de la mobilité, des services de transport et des politiques de déplacement des voyageurs et des marchandises, en France mais aussi en Europe et à l’international vers les pays développés, en transition ou en développement.

Le Cerema est représenté auprès de la CODATU par son directeur technique territoires et ville.