Une forte responsabilité du secteur des transports dans la crise climatique

Une forte responsabilité du secteur des transports dans la crise climatique
Julien Allaire
CODATU
Délégué Général
Ana Luisa Canal
CODATU
Chargée de mission Enjeux climatiques liés aux politiques de transport urbain
Actualité CODATU Mercredi 8 Octobre 2014

La croissance continue des émissions de gaz à effet de serre dues au secteur des transports

Les transports gardent une part significative de responsabilité puisqu’ils sont à l’origine de 15 % des rejets mondiaux. A eux seuls, ils génèrent plus de 23 % des émissions de CO2 issues de la combustion d’énergies fossiles. Au sein du secteur, le transport routier représente la principale source des émissions.

Figure n°1: Répartition des émissions de CO2 du secteur des transports

répartition des consommations du secteur

Source : Forum International des Transports, 2010

Phénomène inquiétant : la progression des émissions ne cesse de s’accentuer. Ainsi, entre 1990 et 2007, les rejets mondiaux de CO2 provenant des transports ont augmenté de 45 %. Cette tendance est particulièrement marquée dans les pays en développement et les économies émergentes. Les résultats tirés de la base de données CAIT (Climate Analysis Indicators Tool) du World Ressource Institute montrent qu’en Afrique, Amérique latine et Asie, les émissions de CO2 du transport ont fortement augmenté entre 1990 et 2009. Pour l’ensemble des pays non industrialisés, ces rejets représentaient près de 7 % des émissions de CO2 du transport en 1990 et ont bondi pour atteindre près de 14 % en 2009.

Figure n°2: Répartition des consommations d’énergie du secteur des transports (1971 – 2009)

croissance énergétique du secteur
Source : Statistiques de l’Agence Internationale de l’Energie

Une croissance portée par le développement du transport routier dans les pays émergents

Les scénarios d’avenir sont également extrêmement préoccupants : la dynamique de croissance des émissions de GES du secteur transport devrait se prolonger en particulier du fait des pays en développement et des économies émergentes. Selon le World Outlook Energy (AIE, 2013), la demande liée à la mobilité et aux produits pétrochimiques maintiendrait la consommation de pétrole sur une courbe ascendante jusqu’en 2035. La demande de pétrole pour le transport augmenterait ainsi de 25 %, un tiers de cette hausse étant destinée au transport routier en Asie.

Figure n°2: Consommation d’énergie dans le secteur des transports, projections par région

graph1

Source : FEM, 2013

Les projections 2050 du Fonds de l’Environnement Mondial (FEM) confirment cette tendance assez nette à l’augmentation de la consommation d’énergie provenant du secteur des transports notamment en Asie et en Amérique du Sud (voir Figure n°2). Dans ces pays, pour la période 2000-2050, la consommation devrait annuellement augmenter de 3 %, soit 4 fois plus vite que dans les pays industrialisés (FEM, 2013). Entre 2000 et 2050, il est prévu une augmentation de 140 % des émissions de GES provenant du secteur des transports avec une large contribution des pays en développement (près de 90 %).

Figure n°3: Prévisions des déplacements motorisés et privés en milieu urbain

graph2

Source : IEA, 2013

La croissance économique des pays en développement conjuguée à la dynamique d’urbanisation se traduira par une forte croissance de la demande de déplacements. La mobilité urbaine représente ici une part conséquente de cette perspective de croissance. Près de la moitié des consommations d’énergie du secteur peut être associée aux déplacements urbains, du fait de la motorisation des déplacements quotidiens dans les pays émergents (voir Figure n°3).

Pour en savoir plus: le Chapitre 8 – Transport – du rapport du GIEC (2014)


Revenir à la première page du dossier