Auteurs :

LAM Quoc Dat – Ecole supérieure de Transports et de Communication (ESTC), Hanoi Vietnam

Christophe RIZET – Université Paris-Est IFSTTAR AME Dest, Marne la Vallée, France

Résumé :

L’objectif principal de la recherche est la contribution à une meilleure connaissance des émissions de carbone des différentes formes de commerces, afin d’apprécier les marges de liberté qu’offre l’organisation de la distribution pour réduire ces émissions. Sur l’exemple du yaourt, nous décrivons les chaînes logistiques correspondant à différents types de distribution au Vietnam et en France, puis nous mesurons l’énergie consommée et les émissions des chaînes logistiques correspondantes, depuis la matière première en amont jusqu’au domicile des clients, via la fabrication et les magasins des distributeurs en aval, pour obtenir l’intensité carbone des différents types de distribution étudiés. Quelles sont les différentes organisations de la distribution, y compris les déplacements d’achat que l’on rencontre pour ce produit en France et au Vietnam ? Quels sont les types de distribution les plus efficace au niveau du carbone ? Dans les deux pays des enquêtes en face à face ont été menées auprès des opérateurs de la chaîne logistique (producteurs, transporteurs, distributeurs) ; des enquêtes ont également été menées en ligne, pour recueillir des données auprès des consommateurs qui vont acheter des produits au magasin et quantifier leurs émissions.
La principale différence d’organisation entre les chaînes logistiques étudiées au Vietnam et en France réside dans l’utilisation des plates-formes : le yaourt passe par une seule plate-forme logistique au Vietnam et deux en France. Pour un type donné de commerce, la consommation d’énergie est assez proche entre la France et le Vietnam mais la répartition de cette énergie entre les étapes de la chaîne est différente : en France le transport consomme plus d’énergie, car les distances sont plus longues mais les plates-formes en consomment moins. Sur l’ensemble de leur chaîne, les hypermarchés au Vietnam et en France semblent légèrement plus efficaces que les autres types de magasins en raison des économies d’échelles mais ce résultat est très sensible aux valeurs retenues pour le trajet du consommateur. Enfin, le principal résultat de la comparaison des émissions de CO2 est que les chaînes françaises émettent la moitié de leurs homologues vietnamiennes : c’est le résultat du coefficient d’émissions de l’électricité française, d’origine principalement nucléaire et donc très peu carbonée.