Une délégation de Medellin accueillie à Grenoble

Une délégation de Medellin accueillie à Grenoble
  •  
Julien Allaire
CODATU
Délégué Général
Publication Samedi 21 Septembre 2013

Du 18 au 20 septembre 2013, le Syndicat Mixte de Transport Collectif et Grenoble-Alpes-Métropole ont reçu une délégation de Medellín. Pendant trois jours, la délégation colombienne menée par Carlos Mario Montoya, Directeur général de l’Area Metropolitana del Valle del Aburra a eu l’occasion de découvrir l’agglomération grenobloise et ses projets d’urbanisme et de transport. En novembre prochain, une délégation grenobloise se rendra à Medellín pour comprendre le contexte colombien et observer les réalisations en termes de transport.

Medellín: les transports au service de l’innovation urbaine

L’Area Metropolitana del Valle del Aburra regroupe 9 municipalités dont celle de Medellín qui ont souhaité mettre en commun les compétences relatives à l’environnement, l’éducation, la sécurité et les transports. Cette structure intercommunale fut la première créée en Colombie. Elle a largement contribué à l’émergence d’une politique de transport adaptée à la métropole de Medellín qui regroupe 3,6 millions d’habitants.

Dans les années 1970 et 1980, Medellín était connue pour ses forts taux de délinquance et de criminalité liés au narcotrafic. Mais depuis, la deuxième agglomération de Colombie a transformé son environnement urbain et largement amélioré la qualité de vie de ses habitants, du fait notamment du développement d’infrastructure de transport de masse. Dans les années 1990, l’Area Metropolitana del Valle del Aburra a mis en service la première ligne de métro de Colombie. A présent le réseau de plus de 50 km comptabilise environ 500 000 déplacements par jour. Au cours des années 2000, elle a ouvert 3 lignes de Metrocable qui ont une capacité de 3 000 passagers par heure et par sens. Le pari a été fait de reconnecter les quartiers populaires, souvent situé à flanc de montagne, avec le reste de la ville. Bien que la ville connaisse encore aujourd’hui les plus forts taux d’inégalité du pays, cette politique de cohésion sociale, comme on l’appellerait en France, a permis de donner une nouvelle image à la ville de Medellín. Encore plus récemment, Medellín a investi dans des escaliers électriques afin de faciliter l’accès à des quartiers en hauteur. Autre projet majeur pour l’agglomération, une ligne de tramway sur pneus de 4,3 km associé à deux nouvelles lignes de câble, pour compléter l’offre multimodale du réseau.

Ainsi Medellín et son aire urbaine sont aujourd’hui considérées comme un modèle de développement urbain. En 2012 la ville a par exemple reçu avec San Francisco aux États-Unis le Prix du Transport Durable décerné par un collège de spécialistes internationaux (ITDP, Embarq, GIZ, ICLEI, etc.). Cette année, en 2013, elle a été désignée par le Wall Street Journal et l’Urban Land Institute comme la ville la plus innovante du monde. En 2014, elle accueillera le Forum urbain mondial de ONU-Habitat, et devrait avoir l’occasion de valoriser ses opérations urbaines et périurbaines.

Grenoble: l’innovation au cœur des montagnes

Pendant plusieurs décennies, Grenoble a également été à l’avant-garde des politiques de transport et d’urbanisme. Une des premières villes à avoir développer le tramway moderne en France, c’est également une des villes où l’usage du vélo est le plus important. En 2013, elle a été classée par l’Association des paralysés de France (APF), ville la plus accessible de France. La politique de transport grenobloise est également reconnue pour son innovation également en termes d’articulation urbanisme-transport. Ainsi, la ligne E de tramway sera mise en service sur l’ensemble du trajet en juin 2015 a été réalisée en s’appuyant sur un « contrat d’axe » invitant les communes périurbaines à densifier l’urbanisme autour de la ligne.

Comme Medellín, la ville est encaissée dans la vallée. L’urbanisation dessine un Y entre la Chartreuse, Belledonne et le Vercors et remonte à flanc de montagne. Comme son homologue colombienne, la relation ville – campagne devient un des enjeux majeurs pour les élus grenoblois. D’ailleurs, la communauté d’agglomération grenobloise porte un projet de transport par câble qui desservirait le plateau du Vercors en 2019. Une concertation préalable aura lieu sur ce sujet à l’automne 2013. Au 1er janvier 2014, le territoire de la communauté d’agglomération de Grenoble va s’agrandir considérablement accueillant 21 communes supplémentaires, intégrant ainsi de nombreux territoires ruraux… en attendant la constitution d’une future métropole.

Une coopération en devenir

Les intérêts communs sont nombreux entre les deux agglomérations. Marc Baïetto, président de Grenoble-Alpes-Métropole et Carlos Mario Montoya, ont exprimé leur intérêt à voir leurs collectivités coopérer à long-terme sur la thématique des transports et de l’urbanisme. Les collectivités grenobloises souhaitent notamment apprendre de l’expérience de transport par câble de l’agglomération colombienne et apprendre de son dynamisme actuel.Medellín de son côté s’intéresse à l’intégration de son tramway dans la ville, la politique d’urbanisme et de transport de la capitale de l’Isère et les modes de concertation. Au cours d’un séjour en novembre prochain, un accord de coopération devrait être signé entre les deux autorités intercommunales.

 

Partenaires associés

SMTC-Grenoble (Syndicat Mixte des Transports en Commun de l’Agglomération Grenobloise)

Le SMTC est l’autorité organisatrice des transports urbains sur les 27 communes de l’agglomération grenobloise.